Le cours de couture #7

Au septième cours de couture, j’ai finalisé la toile de la jupe Géranium.

Attention ! N’allez pas croire que je n’ai pas fait mes devoirs à la maison !
J’ai pris sur mon temps de couture pour les faire, aux dépens de l’exposition. Mais il restait la fermeture à monter à l’américaine, puis les finitions – ceinture, ourlets.

Nous avons donc appris à monter une fermeture bord à bord, puis à l’américaine. En vrac, nous avons aussi découvert comment insérer des quilles à une jupe, et des plis creux. Nous avons décrit rapidement la quatrième jupe, mais personne n’ayant eu l’air vraiment intéressé, c’en est resté là. Enfin, une mise au point sur l’utilisation de la surjetteuse s’imposait, plusieurs personnes ayant enfin terminé leurs toiles de jupes.

Le saviez-vous ?

Une quille, c’est une pièce triangulaire ajoutée au bas d’une jupe pour créer du volume. A ne pas confondre avec un godet, qui désigne le volume ondulé du tissu en bas de la jupe. On peut donc ajouter des quilles pour avoir une jupe à godets, mais pas nécessairement !

Après avoir découpé ses pièces dans le tissu, on surfile tous les bords qui vont rester à cru sauf les ourlets. On surjette après assemblage les coutures qui restent couchées (non ouvertes). On surfile enfin l’ourlet du vêtement, juste avant de le coudre.

L’enforme permet a une pièce de ne pas se déformer au fil des utilisations ; tandis qu’une parementure a une fonction purement décorative, pour ne pas voir la doublure du vêtement à l’extérieur.

La quatrième jupe est une jupe trapèze en drap de laine léger, avec des découpes fuyantes sur le côté. Elle n’a pas de ceinture ni de poches et arrive légèrement au dessus du genou.

Il s’agit de la sage jupe trapèze de Tara Jarmon, déclinée en trois coloris, au prix de 140 euros.


Avec l’exposition Alice & Juliette qui approche à grand pas, chaque moment libre est passé derrière la machine ; et la nuit est peuplée de fil et d’aiguilles.

Au cours, tout le monde est très calme et détendu. Quand une comparse s’est inquiétée de me voir ainsi, une vraie boule de stress, j’ai compris : il faut temporiser, vite, avant de faire une overdose. La couture doit rester un plaisir !

Les mesures rapides et efficaces :
– Tant pis si je ne réalise pas tous les projets prévus pour l’expo ;
– Pas de robe dédiée pour le concours T&N, je présenterai la jupe Géranium ;
– Du bon temps – un dîner goûtu, un vin gouleyant, de francs éclats de rire ;
– Un long sommeil réparateur.

6 comments

  1. Marie le

    Salut
    Dans quel cours es-tu ? Je suis inscrite au même cours, dans le 13e, et j’ai l’impression qu’on est super en retard par rapport à toi… On n’a réalisé aucune toile, on a juste monté directement la jupe qu’on voulait faire, déclinée d’après la base selon les envies de chacun (droite, godet, etc.). Et visiblement, beaucoup de monde a des ajustements à faire sur les modèles. Je sens qu’on ne bouclera jamais le programme….

  2. Tu as bien raison de relativiser et décompresser ! N’empêche que ca a l’air vachement intéressant tes cours !

  3. souffle un peu !!

    je suis un peu dans le même cas niveau pression étant donné que je participe à un marché de Noël… je me dit que s’il n’y a rupture de stock c’est que ça aura bien marché, dans l’autre que j’ai bien fait de pas trop en faire !

    puis finalement pas de robe de fête spéciale, pas le temps non plus…

    bonne continuation ! j’ai envie de voir tes jupes moi !

  4. Bon courage pour la dernière ligne droite avant ton expo.. Et puis, heureusement, il y a les petites pauses tartiflette!
    A très bientôt,

  5. micette le

    bonjour pouvez vous demander a votre prof si il sait comment faire pour agrandir la tete de manche ( bras plus fort que la taille )sans toucher l’ enmanchure merci d’ avance cordialement

  6. Rétrolien : La chemise fantaisie | Hachis Parementure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *