Le cours de couture #10

Premier cours de l’année deux mille treize, dixième cours de l’année scolaire : on entame le chapitre du corsage.

Un corsage, c’est plus complexe à dessiner qu’une jupe droite. On décalque donc un patron tout fait de corsage en taille standard ; on le reporte sur la toile ; on découpe, on assemble, on essaie.

Du coup, c’est moins amusant que pour la jupe droite, où l’on créait entièrement le patron…
D’autant que ce corsage est destiné à la confection d’un chemisier, et :
– Je ne porte jamais de chemisier.
– Le modèle sera imposé, avec un col tailleur classique.
Seules les manches seront variable, au choix gigot ou classiques.

Qu’on se rassure, on peut toujours ajouter ses modifications perso pour rendre le chemisier plus attrayant (il convient d’ailleurs pour cela de fouiner parmi les grandes marques, à la recherche d’idées plaisantes) !

Chemisier ZaraChemise CyrillusChemise ZaraChemise Tara JarmonBlouse Comptoir des cotonniersChemisier Ba&sh

Le saviez-vous ?

Pour choisir une surjeteuse, Madame Le Professeur conseille de privilégier les 4-fils (pour l’assemblage des t-shirts) et éventuellement avec le point de bourdon (utile pour la lingerie et les volants). Selon elle, le reste est superflu. Côté marques, Janome, Juki et Pfaff lui semblent de bon rapport qualité-prix. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Pour dessiner le patron d’une robe, on part d’un patron de corsage que l’on rallonge à la longueur voulue. On n’utilise donc pas de patron de jupe. On ajoute ensuite tous les détails souhaités de la robe.

Décalquer, reporter, assembler une toile de corsage, ça n’occupe pas les trois heures du cours. Comme beaucoup de participants n’ont pas terminé la jupe – donc pas commencé le corsage – les explications du chemisier traînent en longueur.
Plutôt que de me morfondre en attendant Godot, j’ai utilisé le temps restant pour découper la toile de la jupe Nappy ! J’ai justement besoin d’une jupe noire toute simple, de préférence en soie très fluide.

Toile Jupe Nappy FaceToile Jupe Nappy DosToile Jupe Nappy Côté

Avouons-le, ça ne va pas – on le voit particulièrement sur la vue de profil : la toile est trop rigide ; les poches sont trop petites ; il y a peut-être aussi trop de fronces ET il manque un petit quelque chose d’original. L’empiècement du bas de jupe ?

4 comments

  1. File la laine... le

    Déjà rien que le mot « corsage », ça fait fuir… C’est un cours des années 60 ou bien ? Si ça se trouve, vous allez finir par faire de la broderie au coin du feu, en attendant monsieur (Godot, pourquoi pas ?).
    Pour la surjetteuse, elle ne vous suggère pas le modèle Singer à pédale ? C’est pourtant bath !

  2. Et si tu ajoutais un passepoile entre la ceinture et la jupe??
    A très bientôt,

  3. j’avoue que le mot corsage fait peur… mais bon c’est le terme technique !!

    pour la surjetteuse, j’ai une 4 fils singer ultra lock, d’occasion et elle est parfaite et surtout même neuve elle est dans une gamme de prix abordable (contrairement aux consœurs janome, pfaff et juki..) sinon brother a de très bon rapport qualité/prix, c’est plutôt étonnant de la part du prof de ne pas en parler…

    pour ta jupe, difficile de juger dans une toile épaisse, le tombé n’est pas très flatteur…dans un tissu plus fluide ça sera nettement plus esthétique je pense. Ou pourquoi pas comme le suggère alexandra, un passepoil à la ceinture.

  4. Rétrolien : Le cours de couture #11 | Hachis Parementure