Le cours de couture #13

Au treizième cours de couture, on a surtout papoté.

Au programme des discussions :
– comment effectuer le passage des pinces, de l’encolure à l’épaule, de l’épaule à l’emmanchure, de l’emmanchure à la taille etc.
– comment dessiner le chemisier à partir du corsage de base – manque l’explication du dessin des manches, attendue avec impatience !

Le chemisier n’a donc, à proprement parler, pas avancé.

Le saviez-vous ?

La découpe bretelle est une pince poitrine qui part de l’épaule à la taille ; à ne pas confondre avec la découpe princesse, qui part de l’emmanchure à la taille.

Alexis Lavigne, couturier de l’impératrice Eugénie, est l’inventeur du mètre ruban imperméable tel que nous le connaissons aujourd’hui. Il est également l’inventeur du buste mannequin, et surtout de la technique du modélisme – où l’on travaille les patrons à plat.
Avant lui, les modèles étaient travaillés directement avec le tissu sur le mannequin.

On parle de dessin « bords finis » quand il s’agit d’un patron, c’est-à-dire sans valeurs de couture.

Décatir le tissu avant de le couper est une étape à ne pas sauter : il s’agit de laver le tissu à 30°C pour enlever l’apprêt et prévenir les éventuels rétrécissements avant découpe.
– Le tissu rétrécit plus à l’eau froide que chaude, on le lave donc à l’eau froide pour le faire rétrécir au maximum avant découpe, sans l’abîmer.
– L’apprêt risque de « cuire » à l’eau chaude, ce qui peut ternir le tissu.
– L’apprêt risque de brûler sous le fer, si on oublie l’étape de décatissage.
Alors, on décatit, et on ne pose plus de questions !

Le pli marchand est le pli au milieu du tissu, déjà formé sur les tissus de tailleurs car le tissu est dossé à l’usine. Bien pratique pour la découpe !

Pour former de jolies fronces sans abîmer le tissu, il convient de tirer sur la matière plutôt que sur le fil. De plus, il vaut mieux ne pas allonger trop le point au risque de former des plis. Faire un essai sur une chute de tissu, pour trouver la longueur de point idéale, ni trop longue, ni trop courte – il faut quand même réussir à froncer !

Des nouvelles de la petite jupe noire…

Forte de ma nouvelle surjeteuse, j’ai assemblé les première pièces de la jupe Nappy avec beaucoup d’enthousiasme. Jusqu’à ce soir où, déjà tard, je me suis mis en tête de la terminer. Comme toujours dans ces situations, j’ai fait n’importe quoi !
La petite jupe noire est donc en pénitence, en attendant que j’aie le courage de découdre le devant de la jupe, 6 lignes de coutures avec les fronces, fil noir sur tissu noir, crêpe de soie fragile. Oh yeah !

5 comments

  1. Bon courage pour le décousage et le « le saviez vous » d’aujourd’hui est super, merci !

  2. Bon; moi j’ai deux remarques:
    – quel est l’intérêt que le pli du milieu soit déjà formé sur les tissus dossés à l’usine, puisque de toute façon on doit les décatir, ce qui élimine le pli médian?
    – je réalise que tu ne nous as jamais présenté l’atelier où ont lieu les cours de couture! Il y a une machine par personne? Quelle marque? Quel modèle? Toutes les mêmes? Et c’est aménagé comment! Il faut des plans, des croquis, des schémas, des dessins, des photos! Et vous faites comment pour les fils? Chacun apporte le sien?

  3. bigre, ça va être long et douloureux la dé-couture ! il serai temps que je fasse le tuto de « comment découdre une couture à la surjetteuse facilement ET RAPIDEMENT « 

  4. Rétrolien : Le cours de couture #35 | Hachis Parementure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *