La robe de danseuse

Un moment que l’envie d’une robe en jersey décolletée dans le dos, froncée à la taille et manches trois-quarts me titille. Coup sur coup, la robe minute a craqué – comme prévu, les emmanchures mal conçues ont cédé – et la robe tire-bouchonnée s’est déformée au premier lavage – il aurait fallu prélaver le tissu !
C’est un signe : il me fallait une nouvelle robe.

La robe de danseuse Profil gauche

Mais il me la fallait TOUT DE SUITE !
Le superbe jersey pure laine est déniché le soir même aux Sacrés coupons. Épais et pas trop élastique, il est signé Sonia Rykiel ; ça commence bien.
Le patron est clair dans ma tête. On reprend le bas de la robe minute, l’idée est bonne d’avoir un devant en une seule pièce pour obtenir des fronces sur les côtes et le dos, sans en avoir sur le ventre – effet « ventre plat » assuré !
Pour le haut, il s’agit de modifier le patron initial pour cintrer la taille, creuser l’encolure et surtout ! revoir les emmanchures.

La robe de danseuse Devant

C’est là que ça se corse.
Le haut doit ressembler à un tee-shirt du commerce tout en correspondant à la forme étrange du bas de la robe – vivent les patrons japonais. Les manches sont récupérées sur le petit dernier de Deer & Doe.

La robe de danseuse Profil droit

Le premier essai dessiné étant jugé satisfaisant, hop, on découpe – pas de toile, il la fallait TOUT DE SUITE, pour rappel. L’assemblage est assez rapide ; mais à l’essayage, hum, pas terrible… L’encolure baille, tout est trop large. Inutile de pleurnicher ; la bande d’encolure est décousue et refixée bien plus serrée, les côtés du buste sont repris. C’est beaucoup mieux !

Le robe de danseuse Dos

En fait, c’est loin d’être parfait. Les épaules tombent et c’est encore trop large à mon goût – la faute aux marges de couture de 1 cm, cousues à 0.7 cm en assemblant directement avec la surjeteuse. Oups !
Mais considérons-la comme une version test. Ce qui est sûr, c’est que je vais la retravailler – et ajouter des poches ? J’adore ce type de robe, confortable et féminine.

La robe de danseuse

Patron Jul – libre adaptation du modèle 3 de Drape drape, manches Plantain de Deer & Doe.
Jersey pure laine Sonia Rykiel Anthracite chiné, Sacrés coupons

8 comments

  1. Pam le

    Bonjour à nouveau, ton blog est toujours très joli et la rob très bien.
    J’aime aussi boucoup les choix pour les photos, la porte rouge-marron derrière la vêtement gris, c’est réellement réussi.
    Bravo pour tout !

  2. Bon, je suis d’accord, c’est un semi échec; je rêve aussi de robes comme celle-ci, mais je me rends compte que le problème des épaisseurs est essentiel. C’est à dire qu’il faut un tissu assez douillet pour l’hiver ET en même temps qu’il se comporte de façon assez plate au niveau des fronces. Pour le corsage, j’ai en tête un modèle parfait, celui de la robe Burda que j’avais faite l’an passé, et qui est trèèès seyante…et très danseuse: http://quattre.canalblog.com/archives/2012/12/13/25902421.html
    Je le tiens à ta disposition…

  3. J’aime beaucoup le haut dont l’encolure ne me choque pas. par contre je suis dubitative sur la forme de la « jupe », enfin du bas ou alors de son adéquation avec ce tissu un peu épais…
    A suivre ?

  4. Très jolie et quelle déception pour la robe tire bouchonnée qui reste ma préférée !!

  5. J’aime beaucoup ! Bravo
    Et elle a l’air très confortable

  6. Laure le

    Au prochain coup elle sera parfaite. en attendant elle m’a l’air bien douillette pour cocooner ;-)

  7. Rétrolien : La commande de barboteuse | Hachis Parementure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *