Le cours de couture #46

Au quarante-sixième cours de couture, j’ai découpé de la toile.

On s’attaque en premier lieu à la découpe des multiples pièces de la veste : devant, dos, côtés, parementure, dessus et dessous de manche, enforme, col. Long mais simple, le tissu est épais et reste bien en place lors du tracé et de la découpe.
N’ayant pas de doublure sous la main, et puisqu’il restait du temps, je me suis ensuite attaquée à la découpe de la toile de pantalon cigarette – celui qui a été dessiné il y a quelques mois en parallèle du pantalon asymétrique.

Le saviez-vous ?

Un mannequin de couture est très utile, voire indispensable, pour la recherche de drapés lors de la conception d’un patron : on pose le tissu sur le mannequin tel qu’on le souhaite, on trace à la craie et on déplie pour obtenir le patron final.
Il sert également grandement pour les moulages ou ajustements de toiles – bien qu’il ne remplace jamais un vrai essayage.

Malgré leur aspect « pratique », les mannequins réglables sont plutôt déconseillés. Outre qu’ils manquent de solidité et sont peu fidèles par rapport aux mensurations réelles, leur gros désavantage est de ne pas permettre d’épingler dans les trous laissés entre les parties réglables.
Un vrai buste d’atelier est à privilégier, à prendre au plus proche de ses mensurations – lesdites mensurations ne variant finalement pas tant que ça.

3 comments

  1. Hé bien moi j’en ai un de mannequin, que je n’utilise jamais…bien que proche de mes mensurations, il est complètement difforme et les vêtements que je fais avec sont toujours trente fois trop grand (minimum).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *