La robe post-natale

En balade sous un superbe soleil des premiers jours de printemps, l’occasion était parfaite pour tenter une séance photo d’une robe terminée depuis fort longtemps et portée régulièrement.

Mais avec ma fille qui s’impatientait dans sa poussette et son papa distrait par les marathoniens en course ou la beauté de Paris, la séance a tourné vinaigre assez rapidement… Comme en témoignent ces clichés bâclés.

MarathoniensPont Marie

Peu après la publication de l’article sur le bien nommé top chiconfortable, une autre version de ce chouette patron est vite coupée : ce sera une robe, un peu à la manière de la robe Tangerine Tango – offerte depuis bien longtemps à ma mère puisqu’un peu trop grande pour moi.

Une robe donc, et avec entoilage de la patte de boutonnage, pour éviter les déconvenues du top – dont les déchirures ne sont toujours pas réparées, d’ailleurs.

La robe post-natale Face

Le patron de base est celui du top, avec les mêmes modifications apportées au patron Camas initial.
L’arrondi en liquette est coupé droit, et deux rectangles de même largeur sont ajoutés pour le bas de la robe. Après assemblage, j’ai trouvé que la robe était bien trop large… Le rectangle du dos a donc été repris, d’où les petites fronces ajoutées sur le bas du dos, en symétrie avec celles du haut.

Il aurait fallu que la jupe soit doublée, pour ajouter de la tenue et éviter le petit roulotté de l’ourlet – très agaçant. Mais le petit coupon avait déjà été optimisé au maximum – même un petit tee-shirt de bébé n’y tenait plus !

La robe post-natale Dos

Sans les rondeurs de l’allaitement, la robe est un peu grande et le décolleté un peu trop plongeant. Une taille en dessous aurait été souhaitable… Le patron taille décidément très grand.

Coudre ce patron est toujours un plaisir, tant les explications sont claires. Les étapes d’assemblage s’enchaînent avec logique ; le résultat final est très propre, en particulier les finitions – constat hautement gratifiant pour la couturière, bien qu’invisible de l’extérieur.

A porter, cette robe est d’un confort absolu, tout en restant relativement élégante.
Le plus agréable est peut-être de réussir à continuer à coudre – à petites doses homéopathiques – malgré l’arrivée de Maud et le peu de temps libre qu’elle me laisse !

La robe post-natale Profil

Patron Camas Thread Theory
Jersey bi-stretch Anthracite chiné Sacrés Coupons

3 comments

  1. J’aime beaucoup !! c’est une très bonne idée de la faire en version robe

    je n’ai toujours pas cousu ma camas… j’ai beaucoup de mal à coudre pour moi car je ne supporte pas très bien l’idée que je ne pourrai pas forcément les porter après…

  2. Je l’aime bien! Tu arrives donc à coudre encore un peu entre deux cafés?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *